Synthèse personnelle de 3 émissions « sur les épaules de Darwin » animées par JC AMEISEN : « Soi même en train de vivre» (18/04/2015, 25/04/2015, 02/05/2015)

L’auteur de ces émissions : Jean Claude AMEISEN est médecin et chercheur, professeur d’immunologie à l’université Paris Diderot. Il est engagé dans la réflexion éthique depuis 2012, président du Comité Consultatif National d’Éthique. Il est impliqué dans le développement des relations entre science, culture, société, membre du Conseil scientifique du collège International de Philosophie.

Au cours de la série de trois émissions intitulées « Soi même en train de vivre », Jean Claude AMEISEN aborde l’importance de la présence à soi-même et de la qualité de présence à l’Autre.

Bien que ces émissions ne traitent pas directement du coaching, elles abordent en profondeur les fondements et l’importance de la qualité de l’instant présent.

 

LE RÉCIT POUR SE RÉINVENTER

Le récit donne un sens à l’existence. Le développement de l’identité est directement lié à son aspect narratif, le récit permettant d’appréhender le temps et de donner une dimension à l’expérience humaine. La narration rend ainsi le temps sensible, visible et préhensible.

Chacun se reconstruit son identité en se racontant, en se figurant son expérience, en incarnant à la fois l’auteur, l’acteur et le lecteur de sa propre vie.

Comme chacun d’entre nous ordonne ses souvenirs en établissant des liens entre les fragments disparates de la vie à travers le récit, c’est l’aspect narratif qui produit une forme de sens, quelque chose qu’on trouve, qu’on invente en passant par une réinterprétation qui donne tout sens.

L’IMPORTANCE DE LA QUALITÉ DE PRÉSENCE

L’élément central de la présence tient probablement dans le fait de se sentir en train de vivre à travers sa propre expérience, pleinement conscient de la vie, et de soi même en train de la vivre. C’est cette qualité de présence permet de percevoir chez les autres ce qu’il y a de plus profond (comme nous l’expérimentons en coaching).

La qualité de présence à soi-même et à l’autre amènent à découvrir des mondes intérieurs qui semblaient initialement inaccessibles.

Relation systémique et qualité de présence en coaching

Lorsqu’il existe une authentique relation à l’Autre c’est la plénitude qui rejaillit entre ces deux êtres qui leur permet de se dépasser, de se co-construire, de s’inventer à deux en quelque sorte.

Ce qui se passe entre ces deux êtres est aussi important que ce qui se passe dans chacun de ces deux êtres eux-mêmes . C’est dans cet « entre deux » que ce construit la liberté ; la reconnaissance et l’acceptation profonde de la liberté de l’Autre sont fondamentales. En soi, elles ont valeur de « permission », de validation et d’encouragement, qui favorisent et amplifient l’autonomie du client.

Jean Claude AMEISEN poursuit : « D’une liberté partagée émerge une vision plus riche et plus profonde, la liberté de l’Autre étant aussi importante que la mienne… Se soucier de la liberté de l’Autre, c’est se soucier de la parité de la relation. Nos libertés se construisent ensemble et s’influencent réciproquement. Tout se passe ici et maintenant : l’échange est réciprocité et partage, dans un instant unique et singulier.

Cet éclairage montre l’importance d’offrir au client un espace d’élaboration, accentué par des interventions [im]pertinentes, des questions fortes, des insights… autant d’interventions qui expriment le silence et le ponctuent de quelques reliefs.

Lors d’une séance de coaching, alors que le client avance vers ses objectifs, il formalise des éléments de visée, ouvre son cadre de référence, imagine des options pour finalement concrétiser la solution qui lui convient le mieux ; c’est l’existence même du récit et l’espace qui lui est réservé qui amènent le client à se construire, à chaque instant de nouveau.

Accompagner le récit par la qualité de présence en coaching

Accompagner revient à entendre le récit que la personne fait émerger de l’expérience qu’elle est en train de vivre, à permettre à ce récit de se transformer et donc permettre à la personne de se transformer et de nous transformer en tant que coach. Il faut juste être là, une présence par-delà les mots et en-deçà des mots.

L’art du coach tient probablement dans sa capacité à aller au delà de ce que les yeux voient et de ce que les oreilles entendent, en s’appuyant plutôt sur l’émergence de la surprise de sa propre vie à partir du regard qu’il porte sur lui-même et sur le client.

Je vous engage à écouter les émissions de Jean Claude AMEISEN, qui sont très inspirantes pour des coachs.

Bonne écoute…

qualité de présence - laurent lévy

 

 

 

 

 

 

Laurent Lévy (http://www.demarche-bientraitance.fr) : Une première vie professionnelle comme infirmier et formateur en réanimation et au SAMU de presque 15 ans, m’a forgé un rapport puissant à la vie et aux autres ainsi qu’une solide détermination à aller de l’avant.

Authentique et convaincu que la vie est bien trop courte pour se prendre totalement au sérieux, l’importance de l’instant présent est centrale dans ma pratique de coach et de formateur : « Tout se joue ici et maintenant« .

Laurent pratique un coaching profondément positif, orienté solutions, systémique, et décadrant, dans une alliance chaleureuse ; cela me permet d’accompagner mes clients (individuels et équipes) en prenant appui sur leurs points forts, les amenant à dépasser leur cadre de référence habituel afin d’envisager de nouvelles perspectives avant de s’engager vers l’atteinte de résultats concrets.

Egalement formateur, j’interviens sur le management, la démarche bientraitance, la remobilisation et la sortie de crise, en particulier dans les établissements de soins.

 

D’autres articles sur la qualité de présence :