« S’il avait si bien réussi : il ne serait pas coach » diront des mauvaises langues !

Et ce n’est pas faux…:-)

D’autant qu’il faut avoir pas mal raté soi-même et su faire face à l’échec pour ressentir ce que ressentent les clients face à l’échec et face à leur peur de rater.

NE FAUT-IL PAS AVOIR ÉTÉ SOUVENT FACE À L’ÉCHEC SOI-MÊME, POUR SE PASSIONNER AUTANT POUR LA RÉUSSITE DES AUTRES ?

Des ratés célèbres font face à l'échec

 

FAIRE FACE À L’ÉCHEC : C’EST L’ÉCOLE DE LA RÉUSSITE !

C’est le bon sens même de reconnaître, qu’il est juste impossible de réussir tout tout le temps. L’échec est une donnée inhérente à l’existence, certes pas la plus agréable, mais pas non plus la moins intéressante.

Si votre client est face à l’échec, c’est super pour lui ! Cela signifie qu’il est en train d’apprendre des trucs formidables pour réussir. Mais si c’est vous qui échouez dans votre coaching… venez vite en supervision !!! 🙂

Plus sérieusement : que signifie « échouer en coaching » ? Chaque phase de travail est le terreau de la suivante. chaque coaching vous entraîne pour le suivant. chaque client vous apprend votre métier. Echec et réussite sont des mots qui n’ont rien à voir avec l’expérience intérieure du coach. Le client peut estimer réussir son coaching diversement, mais le coach n’y est pas pour grand chose…

Sans cynisme, on pourrait presque dire que faire face à l’échec est le fonds de commerce du coach, tout autant que la réussite.

Le coaching est l’accompagnement de la vie. La vie n’échoue pas davantage qu’elle ne réussit. La vie c’est contrasté, et c’est cela qui fait qu’elle est la vie.

Echec et réussite ne sont que des tout petits mots qu’on colle par dessus le grand courant des contrastes, pour se donner l’illusion qu’on contrôle quelque chose…

Le mieux est encore de ne pas s’arrêter à ces conventions mentales qui participent de nos limites.

  • L’échec nous décourage, la réussite nous démobilise.
  • L’échec nous stimule, la réussite nous grise….

…mais finalement seul le chemin pour s’individualiser est vrai, la seule expérience vraie est celle de chaque pas sur le chemin. Un simple pas peut-il être qualifié de réussite ou d’échec dans l’immensité de la relativité ?

ILS ONT SU FAIRE FACE À L’ÉCHEC…

Sur beaucoup de sites, on trouve des histoires édifiantes telles que celles de ce genre de personnes célèbres qui ont fait face à l’échec de nombreuses fois avant de réussir de manière remarquable. Le savoir remonte parfois un peu le moral, quand « on se laisse entamer » par des paroles intérieures critiques. Jugez plutôt :

Henry Ford : Connu aujourd’hui pour sa célèbre entreprise  de voitures, son parcours fut laborieux : il conduisit cinq entreprises à l’échec avant de connaitre le succès avec la Ford Motor Company.

Thomas Edison : Congédié de deux emplois et accablé « d’être trop stupide pour apprendre quoi que ce soit, » celui-ci fit l’invention de l’ampoule électrique contemporaine. Cette invention fut le fruit d’un acharnement,  venant à bout de 1 000 tentatives infructueuses.

Winston Churchill : Célèbre homme politique anglais et lauréat d’un prix Nobel, Mr Churchill à très tôt dû faire face à une succession d’échecs d’abord scolaires, puis politiques, pour enfin décrocher le poste de premier ministre à l’âge de 62 ans !

Stephen King : Auteur à succès mondialement connu pour ses œuvres d’épouvantes, celui-ci connu un début marqué par une impressionnante succession d’échecs. Son emblématique chef d’œuvre Carrie, connut plus de 30 rejets des maisons d’édition avant d’être finalement jeté aux oubliettes par Mr Spielberg, lui-même… (voir l’article : MIEUX S’ORGANISER ?)

 

Faire face à l’échec est le chemin de la réussite. Il faut réussir à échouer un certain nombre de fois avant de réussir tout court… Question de confiance et de lâcher prise sur le résultat

 

 

PAUL DEVAUX : 06.10.56.14.96

coaching professionnel

Aller plus loin sur faire face à l’échec :